Les consciences s’éveillent peu à peu sur les questions environnementales et sur le rapport que nous entretenons avec le vivant. La mode, et plus particulièrement la maroquinerie, sont touchées de plein fouet par les mutations de nos sociétés et des changements de modes de consommation. Des alternatives aux textiles synthétiques font leur apparition un peu partout et semblent tout à fait prometteuses en ce qui concerne la préservation de la planète. Parmi elles, le liège, encore sous-estimé, présente toutes les qualités nécessaires pour des produits durables et esthétiques.

La mode doit être écologique et engagée

La cause animale se fait de plus en plus entendre dans les pays occidentaux en même temps que la crise écologique se fait ressentir aux quatre coins du globe. On souhaiterait tous changer nos habitudes et nos modes de consommation pour se tourner vers des alternatives à nos produits fabriqués et transportés à travers le monde. Il devient urgent d’arrêter l’exploitation de la terre et des êtres. C’est ce que propose de nouvelles marques, éthiques, qui s’inscrivent dans le mouvement de la slowfashion.

Cette nouvelle façon de consommer la mode oblige, ou plutôt permet, aux marques de se différencier grâce à leurs valeurs. Celles-ci doivent montrer que leur chaîne de production, de la matière première, à la fabrication, en passant par le travail de leurs employés se déroule d’une manière consciente et durable. Elles ne peuvent plus se contenter de vendre et de faire de la publicité, elles doivent aussi prouver leur engagement en faveur de l’environnement et la préservation des écosystèmes.

Le liège, la meilleure alternative au cuir animal

Le secteur de la mode et du textile est le deuxième plus polluant au monde. Que ce soit au niveau de la production ou du transport, l’empreinte écologique de cette industrie est actuellement critique. C’est d’autant plus effrayant lorsqu’on sait qu’un jean peut parcourir plusieurs milliers de kilomètres, de l’usine jusqu’au magasin. La maroquinerie n’est pas en reste. La fabrication du cuir qui compose nos sacs et nos chaussures est un véritable désastre écologique. Combien d’animaux sont tués chaque année pour satisfaire la demande mondiale ? Difficile de répondre précisément. Ce qui est sûr c’est que de nouvelles matières font leur apparition dans le luxe et la mode de façon générale, pour lutter contre l’exploitation animale.

Une matière que l’on croit connaître, réserve de nombreuses surprises. Il s’agit du liège, que l’on nomme aussi « le cuir végétal ». Ses nombreuses qualités (résistance, douceur et légèreté, entre autres) font du liège une matière parfaitement adaptée à la fabrication de sacs et de portefeuilles. La maroquinerie en liège connaît ainsi un véritable succès auprès de la communauté végane. Peu de personnes le savent, mais c’est toute une tradition et un art ancestral qui se cache derrière cette noble matière qu’est le liège. Principalement cultivés dans la péninsule ibérique, les chênes lièges, dont on récupère l’écorce, y sont très protégés. Les arbres ne sont pas coupés et peuvent vivre jusqu’à 200 ans. Bien sûr aucun animal n’est utilisé.

Vous ne devriez pas avoir à choisir entre écologie et style ! Des solutions respectueuses du vivant existent. Si vous cherchez des produits en adéquation avec vos valeurs, le liège est certainement la matière idéale pour votre prochain sac ou portefeuille.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici